Projections

Jour 1: Ouverture

23/05/2016 - 20:00

Billetterie: Veuillez envoyer une demande de réservation à ...

Debate with Mai Masri (director)

Moderator: Leila Shahid

3000 Nuits (٣٠٠٠ ليلة‎)

Layal, une jeune institutrice palestinienne récemment mariée, est arrêtée après avoir été accusée à tort, et condamnée à huit ans de prison. Elle est transférée vers une prison israélienne de haute sécurité pour femmes, où elle découvre un monde terrifiant dans lequel les prisonnières politiques palestiniennes sont incarcérées aux côtés de criminelles de droit commun israéliennes. Quand Layal découvre qu’elle est enceinte, la directrice de la prison fait pression sur elle pour qu’elle avorte et qu’elle espionne les détenues palestiniennes. Malgré cela, et déterminée, bien que toujours en prison, Layal donne naissance à un garçon. A travers son combat pour élever son fils derrière les barreaux, et sa relation avec les autres détenues, elle réussit à trouver une lueur d’espoir et à donner un sens à sa vie. Cependant, les conditions d’emprisonnement se détériorent et les prisonnières palestiniennes décident d’entamer une grève. La directrice de la prison menace Layal de lui enlever son fils, si elle se joint à la rébellion. Dans un moment de vérité, Layal est obligée de faire un choix, qui changera sa vie pour toujours.

Fiction, Long

Jour 1: Ouverture

23/05/2016 - 20:00

Billetterie: Sur invitation

Débat avec Mai Masri (réalisatrice)

Modératrice: Leila Shahid

3000 Nuits (٣٠٠٠ ليلة‎)

Layal, une jeune institutrice palestinienne récemment mariée, est arrêtée après avoir été accusée à tort, et condamnée à huit ans de prison. Elle est transférée vers une prison israélienne de haute sécurité pour femmes, où elle découvre un monde terrifiant dans lequel les prisonnières politiques palestiniennes sont incarcérées aux côtés de criminelles de droit commun israéliennes. Quand Layal découvre qu’elle est enceinte, la directrice de la prison fait pression sur elle pour qu’elle avorte et qu’elle espionne les détenues palestiniennes. Malgré cela, et déterminée, bien que toujours en prison, Layal donne naissance à un garçon. A travers son combat pour élever son fils derrière les barreaux, et sa relation avec les autres détenues, elle réussit à trouver une lueur d’espoir et à donner un sens à sa vie. Cependant, les conditions d’emprisonnement se détériorent et les prisonnières palestiniennes décident d’entamer une grève. La directrice de la prison menace Layal de lui enlever son fils, si elle se joint à la rébellion. Dans un moment de vérité, Layal est obligée de faire un choix, qui changera sa vie pour toujours.

Fiction, Long

Jour 2

Luminor Hôtel de Ville
25/05/2016 - 20:00

Focus Un Autre Regard

Débat avec Marah Zahalqa et Betty Saadeh (pilotes de l'équipe Speed Sisters)

Modératrice: Houda Ibrahim (journaliste et critique de cinéma)

Speed Sisters

Les Speed Sisters sont la première équipe de course de voitures, entièrement féminine, au Moyen-Orient. Elles défraient la chronique et font tourner les têtes sur des pistes de course improvisées en Cisjordanie. Ces cinq femmes se sont très vite frayé un chemin sur la scène des courses de rue, un monde sans concession, dominé par les hommes. Tissant des liens entre elles, aussi bien sur qu’en dehors des pistes, les Speed Sisters vous emporteront dans un surprenant voyage dans le monde de la course automobile, pour aller plus loin et plus vite qu’aucun n’aurait imaginé.

Documentary, Long

Jour 2

Luminor Hôtel de Ville
25/05/2016 - 20:00

Un autre regard :

Debate with Marah Zahalqa and Betty Saadeh (actresses)

Moderator: Houda Ibrahim (journalist and cinema critic)

Speed Sisters

Les Speed Sisters sont la première équipe de course de voitures, entièrement féminine, au Moyen-Orient. Elles défraient la chronique et font tourner les têtes sur des pistes de course improvisées en Cisjordanie. Ces cinq femmes se sont très vite frayé un chemin sur la scène des courses de rue, un monde sans concession, dominé par les hommes. Tissant des liens entre elles, aussi bien sur qu’en dehors des pistes, les Speed Sisters vous emporteront dans un surprenant voyage dans le monde de la course automobile, pour aller plus loin et plus vite qu’aucun n’aurait imaginé.

Documentary, Long

Jour 3

Luminor Hôtel de Ville
27/05/2016 - 20:00

Focus Un Autre Regard

Séance présentée par l'actrice Garance Clavel, marraine du Festival Ciné-Palestine

Débat avec Hani Zurob (peintre) et Marion Slitine (anthropologue et doctorante à l'Ifpo)

Maqloubeh (مقلوبة)

Cinq jeunes étudiants, de milieux différents, vivent ensemble à Ramallah. Ils sont bloqués dans leur appartement à cause d'un couvre-feu et des combats. Cet enfermement les mène à préparer un maqloubeh, le plat traditionnel palestinien, dont l’ingrédient principal diffère d’un village à un autre. Après discussion, le groupe d’amis finit par s’entendre sur les ingrédients et réussit à cuisiner le plat ensemble. Mais avant même qu’ils ne puissent commencer à manger, ils sont interrompus par l'intrusion d'invités inattendus. Le scénario du film est de Hani Zurob, peintre palestinien, dont la via a aussi inspiré le film Mars at Sunrise de Jessica Habie, qui est projeté dasn la même séance. Il sera également présent pour la discussion post-projection.

Court, Fiction

Mars at Sunrise (المريخ عند شروق الشمس)

Ce film poétique, d’une forme très stylisée, montre que la résistance, le courage et l’esprit d’un peintre ne peuvent jamais être emprisonnés. Inspiré de l’histoire de Hani Zurob, artiste originaire de Gaza, “Mars at Sunrise” raconte de façon non linéaire, une guerre menée contre l’Imagination, à travers l’arrestation et l’emprisonnement de Khaled, artiste palestinien, et la tentative manquée d’Eyal, son ravisseur israélien, de le convaincre de devenir un informateur. Entre les deux artistes, chacun d’un côté des frontières israéliennes militarisées, une bataille surréaliste s’engage, dans des espaces à la fois physiques et imaginés, illustrant l’immense force de l’artiste, capable de survivre et même s’épanouir dans des conditions extrêmes.

Fiction, Long

Jour 3

Luminor Hôtel de Ville
27/05/2016 - 20:00

Un autre regard :

Debate wtih Hani Zurob (painter) and Marion Slitine (anthropologist and PhD in IFPO)

 

 

Maqloubeh (مقلوبة)

Cinq jeunes étudiants, de milieux différents, vivent ensemble à Ramallah. Ils sont bloqués dans leur appartement à cause d'un couvre-feu et des combats. Cet enfermement les mène à préparer un maqloubeh, le plat traditionnel palestinien, dont l’ingrédient principal diffère d’un village à un autre. Après discussion, le groupe d’amis finit par s’entendre sur les ingrédients et réussit à cuisiner le plat ensemble. Mais avant même qu’ils ne puissent commencer à manger, ils sont interrompus par l'intrusion d'invités inattendus. Le scénario du film est de Hani Zurob, peintre palestinien, dont la via a aussi inspiré le film Mars at Sunrise de Jessica Habie, qui est projeté dasn la même séance. Il sera également présent pour la discussion post-projection.

Court, Fiction

Mars at Sunrise (المريخ عند شروق الشمس)

Ce film poétique, d’une forme très stylisée, montre que la résistance, le courage et l’esprit d’un peintre ne peuvent jamais être emprisonnés. Inspiré de l’histoire de Hani Zurob, artiste originaire de Gaza, “Mars at Sunrise” raconte de façon non linéaire, une guerre menée contre l’Imagination, à travers l’arrestation et l’emprisonnement de Khaled, artiste palestinien, et la tentative manquée d’Eyal, son ravisseur israélien, de le convaincre de devenir un informateur. Entre les deux artistes, chacun d’un côté des frontières israéliennes militarisées, une bataille surréaliste s’engage, dans des espaces à la fois physiques et imaginés, illustrant l’immense force de l’artiste, capable de survivre et même s’épanouir dans des conditions extrêmes.

Fiction, Long

Jour 4

Luminor Hôtel de Ville
28/05/2016 - 15:00

Focus Un Autre Regard

House

Depuis plusieurs générations, une famille vivait dans une belle maison, chaleureuse et spacieuse. La convivialité faisait entièrement partie de leur vie. Les invités y passaient souvent d'agréables séjours, jusqu'au jour où un invité débarqua avec une autre idée en tête. 

Court, Fiction

Private

Réquisitionnée par des soldats de l’armée israélienne, la maison d’une famille palestinienne se voit divisée en trois zones. Le salon devient la chambre de la famille, le rez-de-chaussée, une zone régulée, que l’on ne peut traverser sans permission, et l’étage, réservé aux soldats, est zone interdite. S’engage alors une impossible cohabitation…

Fiction, Long

Jour 4

Luminor Hôtel de Ville
28/05/2016 - 15:00

Un autre regard :

 

House

Depuis plusieurs générations, une famille vivait dans une belle maison, chaleureuse et spacieuse. La convivialité faisait entièrement partie de leur vie. Les invités y passaient souvent d'agréables séjours, jusqu'au jour où un invité débarqua avec une autre idée en tête. 

Court, Fiction

Private

Réquisitionnée par des soldats de l’armée israélienne, la maison d’une famille palestinienne se voit divisée en trois zones. Le salon devient la chambre de la famille, le rez-de-chaussée, une zone régulée, que l’on ne peut traverser sans permission, et l’étage, réservé aux soldats, est zone interdite. S’engage alors une impossible cohabitation…

Fiction, Long

Jour 4

Luminor Hôtel de Ville
28/05/2016 - 17:00

Débat avec Salim Abou Jabal

Modératrice: Houda Ibrahim  (journaliste et critique de cinéma)

 

 

Roshmia (روشميا )

Un vieux couple de Palestiniens est engagé dans un bras de fer final avec les autorités israéliennes, pour conserver et protéger son mode de vie à Roshmia, la dernière vallée naturelle de Haïfa. Youssef et sa femme Amna, qui a des origines tziganes, ont vécu une vie sereine, seuls dans une cabane depuis 1956 et ce, jusqu'à leurs quatre-vingts ans, bien loin de la clameur de la vie moderne. La vie était paisible à Roshmia jusqu'à ce que les autorités israéliennes valident un nouveau projet de route et ordonnent la confiscation de la terre de Youssef et Amna, la démolition de la cabane, et leur expulsion. Un ami du couple tente de leur obtenir une compensation de la municipalité, mais Youssef insiste pour garder la cabane, sa seule maison. Heureux comme jamais, le couple continue à vivre dans son petit confort. Cependant, les négociations se poursuivent et des tensions apparaissent entre les trois personnages. Par ailleurs, en plus de l'expulsion et du désespoir qui pèsent sur le couple comme une épée de Damoclès, Youssef et Amna se préparent à prendre des chemins différents.

Documentary, Long

Jour 4

Luminor Hôtel de Ville
28/05/2016 - 17:00

Debate with Salim Abou Jabal

Moderator: Houda Ibrahim  (journalist and cinema critic)

 

 

Roshmia (روشميا )

Un vieux couple de Palestiniens est engagé dans un bras de fer final avec les autorités israéliennes, pour conserver et protéger son mode de vie à Roshmia, la dernière vallée naturelle de Haïfa. Youssef et sa femme Amna, qui a des origines tziganes, ont vécu une vie sereine, seuls dans une cabane depuis 1956 et ce, jusqu'à leurs quatre-vingts ans, bien loin de la clameur de la vie moderne. La vie était paisible à Roshmia jusqu'à ce que les autorités israéliennes valident un nouveau projet de route et ordonnent la confiscation de la terre de Youssef et Amna, la démolition de la cabane, et leur expulsion. Un ami du couple tente de leur obtenir une compensation de la municipalité, mais Youssef insiste pour garder la cabane, sa seule maison. Heureux comme jamais, le couple continue à vivre dans son petit confort. Cependant, les négociations se poursuivent et des tensions apparaissent entre les trois personnages. Par ailleurs, en plus de l'expulsion et du désespoir qui pèsent sur le couple comme une épée de Damoclès, Youssef et Amna se préparent à prendre des chemins différents.

Documentary, Long

Jour 4

Luminor Hôtel de Ville
28/05/2016 - 20:00

Rétrospective Michel Khleifi

Débat avec Michel Khleifi

Modérateur: Eyal Sivan (réalisateur et producteur)

 

Pioneer High

En 1969, Pioneer High, un lycée de la ville d'Ann Arbor dans le Michigan, est prêt à faire la révolution, alors que la guerre du Vietnam approche de sa fin. Hala, une jeune immigrée fraîchement débarquée de Palestine, arrive au lycée habillée d’un pantalon, alors strictement interdit aux filles par le règlement de cet établissement. Désorientée et limitée par la barrière de la langue, Hala, sans le savoir, enfreint le règlement à plusieurs reprises en portant son pantalon. Son professeur, qui perd progressivement le contrôle de sa classe, voit son autorité menacée et sent une révolte couver sous l’influence de cette nouvelle élève.

Court, Fiction

La mémoire fertile (الذاكرة الخصبة)

Il s’agit d’un film sur la population palestinienne de Cisjordanie, vivant sous occupation israélienne. Michel Khleifi n’assène pas un message idéologique ou politique, il regarde et montre, écoute et fait entendre. La politique n’a pas besoin d’être surlignée dans ce film car elle en surgit, presque naturellement. Dans les actes quotidiens les plus banals, apparaît la frustration d’une population, vivant dans un position d’inférieurs, sur la terre de ses ancêtres. Ce film est une belle leçon de géographie humaine, vue de l’intérieur, et une incitation au questionnement politique. Farah et Sahar sont confrontées à la fois à l’occupation et à leur statut de femmes dans la société palestinienne.

Documentary, Long

Jour 4

Luminor Hôtel de Ville
28/05/2016 - 20:00

Retrospective Michel Khleifi :

Debate with Michel Khleifi

Moderator: Eyal Sivan (director and producer)

 

Pioneer High

En 1969, Pioneer High, un lycée de la ville d'Ann Arbor dans le Michigan, est prêt à faire la révolution, alors que la guerre du Vietnam approche de sa fin. Hala, une jeune immigrée fraîchement débarquée de Palestine, arrive au lycée habillée d’un pantalon, alors strictement interdit aux filles par le règlement de cet établissement. Désorientée et limitée par la barrière de la langue, Hala, sans le savoir, enfreint le règlement à plusieurs reprises en portant son pantalon. Son professeur, qui perd progressivement le contrôle de sa classe, voit son autorité menacée et sent une révolte couver sous l’influence de cette nouvelle élève.

Court, Fiction

La mémoire fertile (الذاكرة الخصبة)

Il s’agit d’un film sur la population palestinienne de Cisjordanie, vivant sous occupation israélienne. Michel Khleifi n’assène pas un message idéologique ou politique, il regarde et montre, écoute et fait entendre. La politique n’a pas besoin d’être surlignée dans ce film car elle en surgit, presque naturellement. Dans les actes quotidiens les plus banals, apparaît la frustration d’une population, vivant dans un position d’inférieurs, sur la terre de ses ancêtres. Ce film est une belle leçon de géographie humaine, vue de l’intérieur, et une incitation au questionnement politique. Farah et Sahar sont confrontées à la fois à l’occupation et à leur statut de femmes dans la société palestinienne.

Documentary, Long

Jour 5

Luminor Hôtel de Ville
29/05/2016 - 15:00

Focus Un Autre Regard

Débat avec Julien Salingue (auteur de La Palestine des ONG)

The Do Gooders ( فاعلو الخير)

Un road movie à la Thelma et Louise nous emportant dans le monde trouble de l'aide humanitaire internationale. Chloé (Anglaise) et Loubna (Palestinienne) embarquent dans un voyage pour explorer l'impact de l'aide internationale dans la région. Mais ce qui commence comme une simple recherche, va en se complexifiant, tandis que l'intime et le politique s'entremêlent de plus en plus.

Documentary, Long

Jour 5

Luminor Hôtel de Ville
29/05/2016 - 15:00

Un autre regard :

Debate with Julien Salingue (sociologist)

The Do Gooders ( فاعلو الخير)

Un road movie à la Thelma et Louise nous emportant dans le monde trouble de l'aide humanitaire internationale. Chloé (Anglaise) et Loubna (Palestinienne) embarquent dans un voyage pour explorer l'impact de l'aide internationale dans la région. Mais ce qui commence comme une simple recherche, va en se complexifiant, tandis que l'intime et le politique s'entremêlent de plus en plus.

Documentary, Long

Jour 5

Luminor Hôtel de Ville
29/05/2016 - 17:00

Sélection de Courts-Métrages 1

Débat avec Ahmed Rokh (acteur) et Sonia Fayman (Les Amis du Théâtre de la Liberté de Jénine)

Modérateur: Les Amis de Al Rowwad (association)

Ismail (إسماعيل)

Inspiré d'une journée de la vie du peintre palestinien Ismail Shammout, Ismail raconte l'émouvante histoire d'un jeune homme qui lutte pour aider ses parents après leur expulsion vers un camp de réfugiés par les forces armées israéliennes en 1948. Malgré des conditions de vie désastreuses, il s'accroche à son rêve : partir à Rome pour apprendre à peindre. Un jour, après avoir vendu avec son petit frère des pâtisseries à la gare ferroviaire, ils pénètrent dans un champ de mines, par inadvertance. Tandis qu'Ismail fait face à la mort tout en essayant de les sauver, lui et son petit frère, il montre son vrai caractère.

Court, Fiction

Transit Game ( لعبة ترانزيت)

Dans les montagnes du nord du Liban, un homme syrien espérant retrouver sa famille déchirée par la guerre, rencontre deux enfants palestiniens dont les histoires d’exil lui donnent un aperçu des incertitudes auxquelles il aura à faire face en tant que réfugié.

Court, Fiction

Journey of a Freedom Fighter (رحلة مقاتل الحرية)

Journey of a Freedom Fighter suit Rabih Turkman pendant son passage de la résistance armée à la résistance culturelle. Rabih a rejoint la résistance armée durant la seconde Intifada. Sur les conseils d’un ami, combattant comme lui, il décide de rejoindre le Théâtre de la Liberté, dans le camp de réfugiés de Jénine, après la trêve de 2007. À la suite de l’une de ses performances, Rabih explique : « Les gens me regardaient avec dédain pour avoir troqué mon fusil contre le théâtre. Avec cette pièce, j’ai retrouvé leur estime. Ce n’est pas du théâtre ordinaire. »

Court, Documentary

Jour 5

Luminor Hôtel de Ville
29/05/2016 - 17:00

Short films selection 1

Debate with Ahmed Rokh (actor)

Moderator: Les Amis de Al Rowwad (association)

Ismail (إسماعيل)

Inspiré d'une journée de la vie du peintre palestinien Ismail Shammout, Ismail raconte l'émouvante histoire d'un jeune homme qui lutte pour aider ses parents après leur expulsion vers un camp de réfugiés par les forces armées israéliennes en 1948. Malgré des conditions de vie désastreuses, il s'accroche à son rêve : partir à Rome pour apprendre à peindre. Un jour, après avoir vendu avec son petit frère des pâtisseries à la gare ferroviaire, ils pénètrent dans un champ de mines, par inadvertance. Tandis qu'Ismail fait face à la mort tout en essayant de les sauver, lui et son petit frère, il montre son vrai caractère.

Court, Fiction

Transit Game ( لعبة ترانزيت)

Dans les montagnes du nord du Liban, un homme syrien espérant retrouver sa famille déchirée par la guerre, rencontre deux enfants palestiniens dont les histoires d’exil lui donnent un aperçu des incertitudes auxquelles il aura à faire face en tant que réfugié.

Court, Fiction

Journey of a Freedom Fighter (رحلة مقاتل الحرية)

Journey of a Freedom Fighter suit Rabih Turkman pendant son passage de la résistance armée à la résistance culturelle. Rabih a rejoint la résistance armée durant la seconde Intifada. Sur les conseils d’un ami, combattant comme lui, il décide de rejoindre le Théâtre de la Liberté, dans le camp de réfugiés de Jénine, après la trêve de 2007. À la suite de l’une de ses performances, Rabih explique : « Les gens me regardaient avec dédain pour avoir troqué mon fusil contre le théâtre. Avec cette pièce, j’ai retrouvé leur estime. Ce n’est pas du théâtre ordinaire. »

Court, Documentary

Jour 5

Luminor Hôtel de Ville
29/05/2016 - 20:00

Rétrospective Michel Khleifi

Débat avec Michel Khleifi (réalisateur)

 

 

Cantique des pierres (نشيد الحجر)

Elle est originaire de Galilée et lui de Cisjordanie. Ces deux Palestiniens se sont rencontrés au début des années soixante-dix à Jérusalem, et se sont aimés. Lui a été condamné à vie par les Israéliens pour un acte de résistance. Une quinzaine d'années plus tard, au cœur de l'Intifada, ils se retrouvent, et leur passion renaît.

Fiction, Long

Jour 5

Luminor Hôtel de Ville
29/05/2016 - 20:00

Retrospective Michel Khleifi :

Debate with Michel Khleifi (director)

 

 

Cantique des pierres (نشيد الحجر)

Elle est originaire de Galilée et lui de Cisjordanie. Ces deux Palestiniens se sont rencontrés au début des années soixante-dix à Jérusalem, et se sont aimés. Lui a été condamné à vie par les Israéliens pour un acte de résistance. Une quinzaine d'années plus tard, au cœur de l'Intifada, ils se retrouvent, et leur passion renaît.

Fiction, Long

Jour 6

Paris 8 (Saint Denis)
30/05/2016 - 18:00

Billetterie: Entrée libre dans la limite des places disponibles

Focus Archives et Mémoire

Débat avec Gilles Bernardeau (mixage son du film)

Recollection

Les films israéliens et américains tournés dans la ville de Jaffa entre les années 60 et 90 constituent la base de l'histoire d'un rêve. Tous les protagonistes sont retirés des séquences d'origine, laissant un cadre vide formé par la ville. Ainsi, l'impossible devient possible, grâce au point de vue du "Je", à savoir filmer le passé en compilant des images faites de souvenirs.

Documentary, Long

Jour 6

Paris 8 (Saint Denis)
30/05/2016 - 18:00

Focus : Archives et mémoire

Debate with Gilles Bernardeau (sound editor)

 

 

Recollection

Les films israéliens et américains tournés dans la ville de Jaffa entre les années 60 et 90 constituent la base de l'histoire d'un rêve. Tous les protagonistes sont retirés des séquences d'origine, laissant un cadre vide formé par la ville. Ainsi, l'impossible devient possible, grâce au point de vue du "Je", à savoir filmer le passé en compilant des images faites de souvenirs.

Documentary, Long

Jour 6

30/05/2016 - 20:30

Debate with Mayisa Abd Elhadi and Ahmed Rokh (actors)

 

 

Le Chanteur de Gaza

Pour beaucoup de gens, Gaza est synonyme de conflit, destruction et désespoir. Pour Mohammed Assaf et sa sœur Nour, Gaza est leur maison et leur terrain de jeux. Ils y jouent de la musique, s’entraînent au football et s’aventurent à y faire de grands rêves. Même si leur groupe utilise des instruments d’occasion détraqués, leurs ambitions sont très élevées. Mohammed et Nour veulent absolument jouer dans le célèbre opéra du Caire. Il leur faudra peut-être une vie pour y arriver, mais, comme Mohammed le découvrira, certains rêves méritent d’être poursuivis. Sur sa route, Mohammed connaîtra la tragédie et la perte. Le monde autour de lui s’écroulera. En dépit de cela, il gardera toujours l’espoir que, d’une certaine manière, sa voix le délivrera de la douleur qui l’entoure et apportera de la joie aux autres. C’est ainsi qu’un soir un rêve impossible apparaît sous ses yeux à la télévision : les auditions pour Arab Idol, au Caire.

Fiction, Long

Jour 6

30/05/2016 - 20:30

Billetterie: Cette séance est en réservation directe auprès de l'Institut du monde arabe à l'adresse suivante theidol.lefilm@imarabe.org

Débat avec Mayisa Abd Elhadi et Ahmed Rokh (acteurs)

Le Chanteur de Gaza

Pour beaucoup de gens, Gaza est synonyme de conflit, destruction et désespoir. Pour Mohammed Assaf et sa sœur Nour, Gaza est leur maison et leur terrain de jeux. Ils y jouent de la musique, s’entraînent au football et s’aventurent à y faire de grands rêves. Même si leur groupe utilise des instruments d’occasion détraqués, leurs ambitions sont très élevées. Mohammed et Nour veulent absolument jouer dans le célèbre opéra du Caire. Il leur faudra peut-être une vie pour y arriver, mais, comme Mohammed le découvrira, certains rêves méritent d’être poursuivis. Sur sa route, Mohammed connaîtra la tragédie et la perte. Le monde autour de lui s’écroulera. En dépit de cela, il gardera toujours l’espoir que, d’une certaine manière, sa voix le délivrera de la douleur qui l’entoure et apportera de la joie aux autres. C’est ainsi qu’un soir un rêve impossible apparaît sous ses yeux à la télévision : les auditions pour Arab Idol, au Caire.

Fiction, Long

Jour 7

Paris 8 (Saint Denis)
31/05/2016 - 18:30

Billetterie: Entrée libre dans la limite des places disponibles

Focus Archives et Mémoire

Débat avec Michel Khleifi, Khadijeh Habashneh Abu Ali (Coordinatrice de Old Palestinian Films Preservation Project)

Modératrice: Anaïs Farine (Sorbonne Nouvelle - Paris 3)

Ma'loul fête sa destruction (معلول تحتفل بدمارها)

Ma'loul est un village palestinien de Galilée. En 1948, le village a été entièrement détruit par l'armée israélienne et ses habitants ont été chassés vers le Liban ou vers la ville voisine de Nazareth. Depuis, les anciens habitants de Ma'loul sont autorisés à retourner sur le lieu de leur ancien village seulement une fois par an : le jour de l'anniversaire de l'indépendance d'Israël. Ils ont pris l'habitude d'organiser à cette occasion un pique-nique sur les ruines de leur village.

Documentary, Long

Kings and extras (ملوك وكومبارس)

Les films de l’Unité Média de l’OLP étaient supposés montrer l’image de la réalité palestinienne – ils ont été égarés durant l’invasion israélienne de Beyrouth en 1982. Dans un « road movie» allant de la Palestine à la Jordanie, passant par la Syrie et le Liban, la réalisatrice suit la piste pleine de contradictions et de confusion pour trouver les archives égarées. Tandis que sa recherche des images perdues finit en impasse, la réalisatrice trouve de nouvelles pistes et commence à constituer sa propre histoire.

Documentary, Long

Jour 7

Paris 8 (Saint Denis)
31/05/2016 - 18:30

Focus : Archives et mémoire

Debate with Michel Khleifi and Khadijeh Habashneh Abu Ali (Coordinator of Old Palestinian Films Preservation Project)

Moderator: Anaïs Farine (Sorbonne Nouvelle - Paris 3)

 

Ma'loul fête sa destruction (معلول تحتفل بدمارها)

Ma'loul est un village palestinien de Galilée. En 1948, le village a été entièrement détruit par l'armée israélienne et ses habitants ont été chassés vers le Liban ou vers la ville voisine de Nazareth. Depuis, les anciens habitants de Ma'loul sont autorisés à retourner sur le lieu de leur ancien village seulement une fois par an : le jour de l'anniversaire de l'indépendance d'Israël. Ils ont pris l'habitude d'organiser à cette occasion un pique-nique sur les ruines de leur village.

Documentary, Long

Kings and extras (ملوك وكومبارس)

Les films de l’Unité Média de l’OLP étaient supposés montrer l’image de la réalité palestinienne – ils ont été égarés durant l’invasion israélienne de Beyrouth en 1982. Dans un « road movie» allant de la Palestine à la Jordanie, passant par la Syrie et le Liban, la réalisatrice suit la piste pleine de contradictions et de confusion pour trouver les archives égarées. Tandis que sa recherche des images perdues finit en impasse, la réalisatrice trouve de nouvelles pistes et commence à constituer sa propre histoire.

Documentary, Long

JOUR 8

Paris 8 (Saint Denis)
01/06/2016 - 18:00

Billetterie: Entrée libre dans la limite des places disponibles

Focus Archives et Mémoire

Table ronde avec Khadijeh Habashneh Abu Ali (Coordinatrice de Old Palestinian Films Preservation Project), Annemarie Jacir (réalisatrice) et Eyal Sivan (producteur et réalisateur).

They Do Not Exist (ليس لهم وجود)

Ce film a été réalisé à partir de 9 paysages, ou scènes, chacune précédées d’un titre qui apparaît sur l’écran. Le film traite du bombardement et de la destruction d’une grande partie du camp de Nabatiyya, un camp de réfugiés palestiniens dans le sud du Liban. Le film raconte aussi l’histoire d’une petite fille qui décide d’envoyer un simple cadeau à un résistant : une lettre qu’elle a écrite. Le titre du film a été inspiré d’un discours de Golda Meir, lorsqu’elle dit : « Qui sont les palestiniens ? Je ne connais personne s’appelant comme ça. Ils n’existent pas ». Tout réside dans cette phrase : si les palestiniens n’existent pas, alors qui bombardent-ils ? Des fantômes ? Le film donne une place particulière à la musique qui traduit la cause palestinienne, comme celle d’un conflit de civilisation, lorsqu’une civilisation conquiert et cherche à remplacer une autre civilisation. De la musique orientale est utilisée, en fond des scènes quotidiennes de la vie du camp de réfugiés, tandis qu’on entend du Bach lors des scènes de bombardement. Ce film traduit une tentative de trouver un langage cinématographique révolutionnaire. Ce film a gagné le diplôme d’honneur du festival de films de Leipzig en Allemagne, en 1974, et le prix de l’union de la critique Arabe au festival de Carthage, en Tunisie, en 1978.

Court, Documentary

JOUR 8

Paris 8 (Saint Denis)
01/06/2016 - 18:00

Focus : Archives et mémoire

Round table with Khadijeh Habashneh Abu Ali (Coordinator of Old Palestinian Films Preservation Project), Eyal Sivan (director and producer)

 

They Do Not Exist (ليس لهم وجود)

Ce film a été réalisé à partir de 9 paysages, ou scènes, chacune précédées d’un titre qui apparaît sur l’écran. Le film traite du bombardement et de la destruction d’une grande partie du camp de Nabatiyya, un camp de réfugiés palestiniens dans le sud du Liban. Le film raconte aussi l’histoire d’une petite fille qui décide d’envoyer un simple cadeau à un résistant : une lettre qu’elle a écrite. Le titre du film a été inspiré d’un discours de Golda Meir, lorsqu’elle dit : « Qui sont les palestiniens ? Je ne connais personne s’appelant comme ça. Ils n’existent pas ». Tout réside dans cette phrase : si les palestiniens n’existent pas, alors qui bombardent-ils ? Des fantômes ? Le film donne une place particulière à la musique qui traduit la cause palestinienne, comme celle d’un conflit de civilisation, lorsqu’une civilisation conquiert et cherche à remplacer une autre civilisation. De la musique orientale est utilisée, en fond des scènes quotidiennes de la vie du camp de réfugiés, tandis qu’on entend du Bach lors des scènes de bombardement. Ce film traduit une tentative de trouver un langage cinématographique révolutionnaire. Ce film a gagné le diplôme d’honneur du festival de films de Leipzig en Allemagne, en 1974, et le prix de l’union de la critique Arabe au festival de Carthage, en Tunisie, en 1978.

Court, Documentary

JOUR 9

Parvis de la Basilique d'Argenteuil
02/06/2016 - 20:30

3000 Nuits (٣٠٠٠ ليلة‎)

Layal, une jeune institutrice palestinienne récemment mariée, est arrêtée après avoir été accusée à tort, et condamnée à huit ans de prison. Elle est transférée vers une prison israélienne de haute sécurité pour femmes, où elle découvre un monde terrifiant dans lequel les prisonnières politiques palestiniennes sont incarcérées aux côtés de criminelles de droit commun israéliennes. Quand Layal découvre qu’elle est enceinte, la directrice de la prison fait pression sur elle pour qu’elle avorte et qu’elle espionne les détenues palestiniennes. Malgré cela, et déterminée, bien que toujours en prison, Layal donne naissance à un garçon. A travers son combat pour élever son fils derrière les barreaux, et sa relation avec les autres détenues, elle réussit à trouver une lueur d’espoir et à donner un sens à sa vie. Cependant, les conditions d’emprisonnement se détériorent et les prisonnières palestiniennes décident d’entamer une grève. La directrice de la prison menace Layal de lui enlever son fils, si elle se joint à la rébellion. Dans un moment de vérité, Layal est obligée de faire un choix, qui changera sa vie pour toujours.

Fiction, Long

JOUR 9

Cinéma Le Studio
03/06/2016 - 09:30

Aubervilliers, students screening

Debate with Osloob and Dj Sawt Sora (to be confirmed)

 

Slingshot Hip Hop

Slingshot Hip Hop combine plusieurs histoires de jeunes Palestiniens et Palestiniennes, vivant en Cisjordanie, à Gaza et en Israël, qui découvrent le hip-hop et en font le moyen de surmonter les divisions que leur imposent l’occupation israélienne et la pauvreté. Entre les checkpoints et le mur de séparation, normes de genre et conflits de génération, ces jeunes gens franchissent les frontières qui les séparent.

Documentary, Long

JOUR 10

Cinéma Le Studio
03/06/2016 - 09:30

Aubervilliers, Séance étudiants

Débat avec Osloob et Dj Sawt Sora (sous réserve)

Slingshot Hip Hop

Slingshot Hip Hop combine plusieurs histoires de jeunes Palestiniens et Palestiniennes, vivant en Cisjordanie, à Gaza et en Israël, qui découvrent le hip-hop et en font le moyen de surmonter les divisions que leur imposent l’occupation israélienne et la pauvreté. Entre les checkpoints et le mur de séparation, normes de genre et conflits de génération, ces jeunes gens franchissent les frontières qui les séparent.

Documentary, Long

JOUR 10

Cinéma Le Studio
03/06/2016 - 19:30

Débat avec Mayisa Abd Elhadi (actrice)

Modératice: Asja Zaino (auteur de Des hommes entre les murs. Comment la prison façonne la vie des Palestiniens)

3000 Nuits (٣٠٠٠ ليلة‎)

Layal, une jeune institutrice palestinienne récemment mariée, est arrêtée après avoir été accusée à tort, et condamnée à huit ans de prison. Elle est transférée vers une prison israélienne de haute sécurité pour femmes, où elle découvre un monde terrifiant dans lequel les prisonnières politiques palestiniennes sont incarcérées aux côtés de criminelles de droit commun israéliennes. Quand Layal découvre qu’elle est enceinte, la directrice de la prison fait pression sur elle pour qu’elle avorte et qu’elle espionne les détenues palestiniennes. Malgré cela, et déterminée, bien que toujours en prison, Layal donne naissance à un garçon. A travers son combat pour élever son fils derrière les barreaux, et sa relation avec les autres détenues, elle réussit à trouver une lueur d’espoir et à donner un sens à sa vie. Cependant, les conditions d’emprisonnement se détériorent et les prisonnières palestiniennes décident d’entamer une grève. La directrice de la prison menace Layal de lui enlever son fils, si elle se joint à la rébellion. Dans un moment de vérité, Layal est obligée de faire un choix, qui changera sa vie pour toujours.

Fiction, Long

JOUR 9

Cinéma Le Studio
03/06/2016 - 20:00

Debate avec Mayisa Abd Elhadi (actrice)

Moderator: Asja Zaino (anthropologist)

 

3000 Nuits (٣٠٠٠ ليلة‎)

Layal, une jeune institutrice palestinienne récemment mariée, est arrêtée après avoir été accusée à tort, et condamnée à huit ans de prison. Elle est transférée vers une prison israélienne de haute sécurité pour femmes, où elle découvre un monde terrifiant dans lequel les prisonnières politiques palestiniennes sont incarcérées aux côtés de criminelles de droit commun israéliennes. Quand Layal découvre qu’elle est enceinte, la directrice de la prison fait pression sur elle pour qu’elle avorte et qu’elle espionne les détenues palestiniennes. Malgré cela, et déterminée, bien que toujours en prison, Layal donne naissance à un garçon. A travers son combat pour élever son fils derrière les barreaux, et sa relation avec les autres détenues, elle réussit à trouver une lueur d’espoir et à donner un sens à sa vie. Cependant, les conditions d’emprisonnement se détériorent et les prisonnières palestiniennes décident d’entamer une grève. La directrice de la prison menace Layal de lui enlever son fils, si elle se joint à la rébellion. Dans un moment de vérité, Layal est obligée de faire un choix, qui changera sa vie pour toujours.

Fiction, Long

JOUR 11

Cinéma Le Studio
04/06/2016 - 17:30

Focus Un Autre Regard

Speed Sisters

Les Speed Sisters sont la première équipe de course de voitures, entièrement féminine, au Moyen-Orient. Elles défraient la chronique et font tourner les têtes sur des pistes de course improvisées en Cisjordanie. Ces cinq femmes se sont très vite frayé un chemin sur la scène des courses de rue, un monde sans concession, dominé par les hommes. Tissant des liens entre elles, aussi bien sur qu’en dehors des pistes, les Speed Sisters vous emporteront dans un surprenant voyage dans le monde de la course automobile, pour aller plus loin et plus vite qu’aucun n’aurait imaginé.

Documentary, Long

JOUR 10

Cinéma Le Studio
04/06/2016 - 18:00

Un autre regard :

 

Speed Sisters

Les Speed Sisters sont la première équipe de course de voitures, entièrement féminine, au Moyen-Orient. Elles défraient la chronique et font tourner les têtes sur des pistes de course improvisées en Cisjordanie. Ces cinq femmes se sont très vite frayé un chemin sur la scène des courses de rue, un monde sans concession, dominé par les hommes. Tissant des liens entre elles, aussi bien sur qu’en dehors des pistes, les Speed Sisters vous emporteront dans un surprenant voyage dans le monde de la course automobile, pour aller plus loin et plus vite qu’aucun n’aurait imaginé.

Documentary, Long

JOUR 11

Cinéma Le Studio
04/06/2016 - 19:30

Débat avec Muayad Alayan

A Boy, a Wall, and a Donkey (ولد، جدار وحمار)

Trois gamins rêvent de tourner un western, avec pistolet, lasso et monture. Ils se postent devant l’interphone de la porte d’une villa, espérant que la caméra filmera leur mise en scène. Mais la matrone surgit et les fait dégager. Comment enregistrer leur histoire ? Peu importe, ils savent où trouver une autre caméra.

Court, Fiction

Amours, larcins et autres complications

Les ennuis commencent pour Moussa quand il vole ce qu’il ne fallait pas. Ce qu’il pensait être une voiture israélienne, facile à revendre dans son camp de réfugiés palestiniens, va devenir la cause de tous ses ennuis, quand il découvre dans le coffre, un soldat israélien kidnappé. Avec l’argent de cette vente, il avait en tête le projet se payer un visa pour quitter Israël, et s’éloigner d’une histoire d’amour destructrice. Mais avec la police israélienne et les milices palestiniennes à ses trousses, cela va s’avérer plus compliqué que prévu.

Fiction, Long

JOUR 10

Cinéma Le Studio
04/06/2016 - 20:00

Debate with Muayad Alayan

 

A Boy, a Wall, and a Donkey (ولد، جدار وحمار)

Trois gamins rêvent de tourner un western, avec pistolet, lasso et monture. Ils se postent devant l’interphone de la porte d’une villa, espérant que la caméra filmera leur mise en scène. Mais la matrone surgit et les fait dégager. Comment enregistrer leur histoire ? Peu importe, ils savent où trouver une autre caméra.

Court, Fiction

Amours, larcins et autres complications

Les ennuis commencent pour Moussa quand il vole ce qu’il ne fallait pas. Ce qu’il pensait être une voiture israélienne, facile à revendre dans son camp de réfugiés palestiniens, va devenir la cause de tous ses ennuis, quand il découvre dans le coffre, un soldat israélien kidnappé. Avec l’argent de cette vente, il avait en tête le projet se payer un visa pour quitter Israël, et s’éloigner d’une histoire d’amour destructrice. Mais avec la police israélienne et les milices palestiniennes à ses trousses, cela va s’avérer plus compliqué que prévu.

Fiction, Long

JOUR 12

Cinéma Le Studio
05/06/2016 - 11:00

Focus: Archives et mémoire

Débat avec Khalil Al-Mozayeen (sous réserve) et Arab et Tarzan Nasser (réalisateurs)

Modératrice: Marion Slitine (anthropologue et doctorante à l'Ifpo)

Drawing for Better Dreams

En utilisant des images dessinées par des enfants palestiniens, entre 9 et 12 ans, "Drawing for Better Dreams" nous emporte vers les Territoires palestiniens occupés, dans les pensées de ces jeunes enfants, qui vivent sous l'occupation. En animant de simples dessins au crayon, ce film émouvant, évoque les difficultés auxquelles sont confrontés quotidiennement ces enfants, et met en avant la force - et la nécessité - de laisser la jeunesse rêver.

Court, Documentary

One Minute (دقيقة)

Quand une minute est ce qui lui restait à vivre. Salma une mère de 37 ans, vivant avec son mari et sa fille dans le quartier d’Al-Shujaiya à Gaza, s’abritant dans sa maison contre les bombardements et les tirs, essaie de se préserver, elle et sa fille, d’une mort inévitable. Mais un message textuel l’informe de son destin. ONE MINUTE est un court métrage qui dépeint les dernières minutes de la vie de Salma et le moment de sa mort, où elle devient ainsi l'une des milliers de personnes qui ont été tuées pendant la guerre de Gaza en 2014, en particulier lors de l’attaque massive de son quartier et connue maintenant comme le Massacre de Shujaiya.

Court, Documentary

Gaza 36mm (غزة 36 ملم)

Après la guerre de 1948, la Bande de Gaza est passée par une phase d'une extrême difficulté. La population était totalement isolée, coupée du monde extérieur, sauf lorsque les Nations Unies projetaient des films, auxquels les habitants des camps assistaient. Dans les années 50, les cinémas qui avaient ouvert à Gaza, projetaient des films provenant d’Egypte et d'autres pays voisins. Au début des années 70, il n'y avait que 5 cinémas à Gaza. Les salles étaient devenues plus vastes et de nouvelles salles furent inaugurées jusqu'en 1981, lorsque les islamistes lancèrent leur campagne d’incitation contre les cinémas. Il en résultera la destruction par le feu de tous les cinémas de Gaza. De nos jours, tous les cinémas sont fermés, certains ont été transformés en immeubles et d'autres en supermarchés… Seuls de vieux posters de films collés aux murs noircis et sales témoignent qu'ils avaient bel et bien existé auparavant …

Documentary, Long

JOUR 11

Cinéma Le Studio
05/06/2016 - 11:00

Focus: Archives et mémoire

Debate with Khalil Al-Mozayeen (to be confirmed) and Arab and Tarzan Naser (directors)

Moderator: Marion Slitine ( anthropolist and PhD in IFPO)

 

Drawing for Better Dreams

En utilisant des images dessinées par des enfants palestiniens, entre 9 et 12 ans, "Drawing for Better Dreams" nous emporte vers les Territoires palestiniens occupés, dans les pensées de ces jeunes enfants, qui vivent sous l'occupation. En animant de simples dessins au crayon, ce film émouvant, évoque les difficultés auxquelles sont confrontés quotidiennement ces enfants, et met en avant la force - et la nécessité - de laisser la jeunesse rêver.

Court, Documentary

One Minute (دقيقة)

Quand une minute est ce qui lui restait à vivre. Salma une mère de 37 ans, vivant avec son mari et sa fille dans le quartier d’Al-Shujaiya à Gaza, s’abritant dans sa maison contre les bombardements et les tirs, essaie de se préserver, elle et sa fille, d’une mort inévitable. Mais un message textuel l’informe de son destin. ONE MINUTE est un court métrage qui dépeint les dernières minutes de la vie de Salma et le moment de sa mort, où elle devient ainsi l'une des milliers de personnes qui ont été tuées pendant la guerre de Gaza en 2014, en particulier lors de l’attaque massive de son quartier et connue maintenant comme le Massacre de Shujaiya.

Court, Documentary

Gaza 36mm (غزة 36 ملم)

Après la guerre de 1948, la Bande de Gaza est passée par une phase d'une extrême difficulté. La population était totalement isolée, coupée du monde extérieur, sauf lorsque les Nations Unies projetaient des films, auxquels les habitants des camps assistaient. Dans les années 50, les cinémas qui avaient ouvert à Gaza, projetaient des films provenant d’Egypte et d'autres pays voisins. Au début des années 70, il n'y avait que 5 cinémas à Gaza. Les salles étaient devenues plus vastes et de nouvelles salles furent inaugurées jusqu'en 1981, lorsque les islamistes lancèrent leur campagne d’incitation contre les cinémas. Il en résultera la destruction par le feu de tous les cinémas de Gaza. De nos jours, tous les cinémas sont fermés, certains ont été transformés en immeubles et d'autres en supermarchés… Seuls de vieux posters de films collés aux murs noircis et sales témoignent qu'ils avaient bel et bien existé auparavant …

Documentary, Long

JOUR 12

Cinéma Le Studio
05/06/2016 - 14:00

Rétrospective Michel Khleifi

Noce en Galilée (عرس الجليل)

Le film relate un mariage pendant l'occupation israélienne. À la demande du père, les soldats israéliens interrompent le couvre-feu, et le temps d'une fête, un échange se produit entre les deux peuples ennemis, pendant lequel ils éprouvent des émotions communes.

Documentary, Long

JOUR 11

Cinéma Le Studio
05/06/2016 - 14:00

Retrospective Michel Khleifi :

 

Noce en Galilée (عرس الجليل)

Le film relate un mariage pendant l'occupation israélienne. À la demande du père, les soldats israéliens interrompent le couvre-feu, et le temps d'une fête, un échange se produit entre les deux peuples ennemis, pendant lequel ils éprouvent des émotions communes.

Documentary, Long

JOUR 12

Cinéma Le Studio
05/06/2016 - 16:00

Sélection de Courts-Métrages 2

Débat: Muayad Alayan et Basil Khalil

Lesh Sabreen? (ليش صابرين؟)

Située dans un quartier palestinien de Jérusalem, Lesh Sabreen raconte l'histoire de deux jeunes amoureux, qui cherchent leur voie entre leurs rêves, les obstacles d'une société conservatrice, et le contrôle militaire israélien. Le film illustre les différents niveaux d'autorité qui existent dans leur société, allant du patriarcat, des normes sociales et des tabous, aux pressions économiques, et à l'occupation militaire. Les jeunes Palestiniens de Jérusalem s’y confrontent continuellement. Sabreen et Ayman rêvent de pouvoir être ensemble. Mais sans opportunités économiques réelles, Ayman ne pourra jamais prendre soin de Sabreen, d’une façon que le père de son aimée approuverait. Alors que ces structures de pouvoir complotent pour limiter leurs aspirations, les jeunes amoureux feront-ils appel à leur imagination pour réaliser leurs rêves ?

Court, Fiction

Nation Estate

Nation Estate est le projet d’un court-métrage de science-fiction de 9 minutes, accompagné d’une série de photographies, qui propose une vue cliniquement dystopique, mais aussi humoristique de la situation d’impasse au Moyen-Orient. Avec un mélange brillant d’images générées par ordinateur, d’acteurs réels, et une bande originale d’électro arabisante, le film Nation Estate imagine une solution verticale pour un Etat palestinien. Les Palestiniens voient se concrétiser leur Etat sous la forme d’un unique gratte-ciel : le Nation Estate. Un immeuble colossal héberge l’ensemble de la population palestinienne, qui enfin, peut mener la grande vie.

Court, Fiction

Though I Know the River Is Dry

Il est retourné en Palestine. Sur la route semée de difficultés qui traverse le pays, il se remémore le choix qui l’a poussé à partir aux États Unis, et revit les soubresauts de l’histoire qui le ramène à présent chez lui.

Court, Fiction

Ave Maria (السلام عليك يا مريم )

Au milieu de la nature cisjordanienne, la routine quotidienne de silence et de prière des nonnes du couvent des « Sœurs de la Miséricorde » est perturbée, lorsqu’une famille de colons israéliens vient frapper à leur porte, pour leur demander de l’aide, après avoir percuté le mur du couvent avec leur voiture. Le Sabbat approche et ils ont besoin de rentrer chez eux de toute urgence. En raison des lois du Sabbat, les Israéliens ne peuvent pas utiliser de téléphone pour appeler à l’aide, et les nonnes ont fait vœu de silence. Ensemble, ils doivent imaginer un plan peu orthodoxe pour les aider à rentrer chez eux.

Court, Fiction

JOUR 12

Cinéma Le Studio
05/06/2016 - 18:00

Clôture du Festival Ciné-Palestine 2016

Débat avec Elia Suleiman (sous réserve)

Le Temps qu’il reste (الزمن الباقي)

Le Temps qu’il reste s’ouvre sur une scène très forte. Par une nuit d’orage apocalyptique, le personnage interprété par Suleiman se trouve dans un taxi, il est en arrière plan, on distingue à peine sa silhouette floue, il reste silencieux. Le chauffeur, juif, est perdu, il ne parvient pas à joindre son collègue au téléphone, le tonnerre gronde, la pluie redouble de violence, Elia demeure une ombre et reste silencieux. Il ne sait pas où il désire aller, il se demande : « Mais où je suis ? » Pour y répondre, le film entame un flash-back divisé en quatre parties, principalement situées à Nazareth : inspirées par les souvenirs du cinéaste ainsi que par ceux de son père, c’est en décrivant la vie d’individus, en déployant un large panel de sensations autour de leurs actions quotidiennes qu’elles évoquent l’histoire de la Palestine et celle des relations israélo-palestiniennes. Si la première partie se passe en 1948 et raconte les actes de résistance du père d’Elia, s’il est ensuite question de la mort de Nasser, ce ne sont pas les dates historiques ou les étapes importantes dans l’histoire du pays qui ont dicté la construction du film. Suleiman convoque l’Histoire via l’histoire des individus, son film a pour fil conducteur son passé : la résistance de son père donc, puis sa propre enfance, son adolescence, et son retour à Nazareth, aujourd’hui, où il constate une situation absurde et chaotique, où les repères ont disparu, où il ne sait plus où il est.

Fiction, Long

JOUR 11

Cinéma Le Studio
05/06/2016 - 18:00

Closing evenint :

Debate with Elia Suleiman (to be confirmed)

 

Le Temps qu’il reste (الزمن الباقي)

Le Temps qu’il reste s’ouvre sur une scène très forte. Par une nuit d’orage apocalyptique, le personnage interprété par Suleiman se trouve dans un taxi, il est en arrière plan, on distingue à peine sa silhouette floue, il reste silencieux. Le chauffeur, juif, est perdu, il ne parvient pas à joindre son collègue au téléphone, le tonnerre gronde, la pluie redouble de violence, Elia demeure une ombre et reste silencieux. Il ne sait pas où il désire aller, il se demande : « Mais où je suis ? » Pour y répondre, le film entame un flash-back divisé en quatre parties, principalement situées à Nazareth : inspirées par les souvenirs du cinéaste ainsi que par ceux de son père, c’est en décrivant la vie d’individus, en déployant un large panel de sensations autour de leurs actions quotidiennes qu’elles évoquent l’histoire de la Palestine et celle des relations israélo-palestiniennes. Si la première partie se passe en 1948 et raconte les actes de résistance du père d’Elia, s’il est ensuite question de la mort de Nasser, ce ne sont pas les dates historiques ou les étapes importantes dans l’histoire du pays qui ont dicté la construction du film. Suleiman convoque l’Histoire via l’histoire des individus, son film a pour fil conducteur son passé : la résistance de son père donc, puis sa propre enfance, son adolescence, et son retour à Nazareth, aujourd’hui, où il constate une situation absurde et chaotique, où les repères ont disparu, où il ne sait plus où il est.

Fiction, Long

Concert d'ouverture à la Marbrerie

31/05/2017 -
19:30 to 23:30


OPENING NIGHT FRIDAY, JUNE 2nd 2017

Luminor Hôtel de Ville
02/06/2017 - 20:00

Billetterie: Luminor Hôtel de ville - Billetterie en ligne

Discussion with Raed Andoni,  Raed Khattab, Mohammad Khattab and Omar Dabboor

GHOST HUNTING

Afin de se confronter aux fantômes qui le hantent, le réalisateur palestinien Raed Andoni a organisé un casting de comédiens et de professionnels du bâtiment. Tous, comme lui, sont passés par La Moskobiya, le principal centre d'interrogation israélien. Ensemble, ils reconstituent ce lieu de détention dans lequel les anciens prisonniers vont (re)jouer les interrogatoires et la séquestration. Cette entreprise de re-enactment va conduire les uns et les autres à jouer tantôt les bourreaux, tantôt les victimes dans une démarche cathartique à la fois troublante et émouvante.

Documentary, Long

Soirée d'ouverture - Vendredi 02/06/2017

Luminor Hôtel de Ville
02/06/2017 - 20:00

Billetterie: Luminor Hôtel de ville - Billetterie en ligne

Discussion avec Raed Andoni,  Raed Khattab, Mohammad Khattab et Omar Dabboor

GHOST HUNTING

Afin de se confronter aux fantômes qui le hantent, le réalisateur palestinien Raed Andoni a organisé un casting de comédiens et de professionnels du bâtiment. Tous, comme lui, sont passés par La Moskobiya, le principal centre d'interrogation israélien. Ensemble, ils reconstituent ce lieu de détention dans lequel les anciens prisonniers vont (re)jouer les interrogatoires et la séquestration. Cette entreprise de re-enactment va conduire les uns et les autres à jouer tantôt les bourreaux, tantôt les victimes dans une démarche cathartique à la fois troublante et émouvante.

Documentary, Long

Samedi 3 juin 2016 à 15h

Luminor Hôtel de Ville
03/06/2017 -
15:00 to 16:30


Discussion avec Assia Zaino

EVEN THOUGH MY LAND IS BURNING

Ben, un juif israélien, soutient la lutte populaire palestinienne contre l’occupation depuis maintenant dix ans. Il a pris part, pendant des années, à des manifestations, des actions et des marches de protestation, se soulevant aux côtés des Palestiniens. Cependant, la vague de résistance pacifique s’est vue considérablement réduite depuis la construction du mur de séparation. Le mur a été érigé, les colonies sont un fait, l’occupation est plus violente que jamais. Ben refuse de céder. Il a trouvé, au cours des cinq dernières années, un refuge politique loin de chez lui, dans le petit village de Nabi Saleh en Cisjordanie.

Documentary

SATURDAY, JUNE 3rd, 3pm

Luminor Hôtel de Ville
03/06/2017 -
15:00 to 16:30


Discussion with Assia Zaino (author of « Des hommes entre les murs », Agone, 2017)

EVEN THOUGH MY LAND IS BURNING

Ben, un juif israélien, soutient la lutte populaire palestinienne contre l’occupation depuis maintenant dix ans. Il a pris part, pendant des années, à des manifestations, des actions et des marches de protestation, se soulevant aux côtés des Palestiniens. Cependant, la vague de résistance pacifique s’est vue considérablement réduite depuis la construction du mur de séparation. Le mur a été érigé, les colonies sont un fait, l’occupation est plus violente que jamais. Ben refuse de céder. Il a trouvé, au cours des cinq dernières années, un refuge politique loin de chez lui, dans le petit village de Nabi Saleh en Cisjordanie.

Documentary

Samedi 03/06/2017

Luminor Hôtel de Ville
03/06/2017 - 15:30

EVEN THOUGH MY LAND IS BURNING

Ben, un juif israélien, soutient la lutte populaire palestinienne contre l’occupation depuis maintenant dix ans. Il a pris part, pendant des années, à des manifestations, des actions et des marches de protestation, se soulevant aux côtés des Palestiniens. Cependant, la vague de résistance pacifique s’est vue considérablement réduite depuis la construction du mur de séparation. Le mur a été érigé, les colonies sont un fait, l’occupation est plus violente que jamais. Ben refuse de céder. Il a trouvé, au cours des cinq dernières années, un refuge politique loin de chez lui, dans le petit village de Nabi Saleh en Cisjordanie.

Documentary

La Nuit (Al Leil)

Dans Kuneitra en ruines se trouve la tombe d'un des combattants pour la Palestine. Son fils tente de reconstituer l'histoire de cet homme, en y mêlant des échos de la mémoire éclatée de sa mère. Il plonge ainsi son regard dans le passé politique très agité de la Syrie des années 30 jusqu'en 1967. «La Nuit» est un hommage émouvant et fort à ce père mort, à qui Mohamed Malas redonne sa dignité. Un film puissant et poétique, où les destins des petites gens sont emportés par le courant de l'histoire. Pourtant «La Nuit» n'est pas un film historique qui décortique les faits et la réalité. Mohamed Malas y met en scène un enfant, cet enfant qu'il fut lui-même et qui se souvient...

Long

Jenin Jenin

Le documentaire a été tourné à grands risques dans le camp de réfugiés de Jénine, peu après l’incursion de l’armée israélienne qui a fait une cinquantaine de morts au moins, Palestiniens et soldats israéliens. Au fil des combats, l’armée israélienne avait rasé une grande partie du camp et en avait interdit l’accès, aussi bien aux services médicaux, dont la Croix-Rouge, qu’aux médias et journalistes. Les Nations Unis avaient décidé l’envoi d’une commission d’enquête, qui, par la suite, a été tout simplement empêchée de se rendre sur place par le gouvernement israélien. Pendant le tournage du film, le producteur exécutif Iyad Samoudi fut tué par des soldats israéliens.

Documentary, Long

SATURDAY, JUNE 3rd 2017

Luminor Hôtel de Ville
03/06/2017 - 15:30

EVEN THOUGH MY LAND IS BURNING

Ben, un juif israélien, soutient la lutte populaire palestinienne contre l’occupation depuis maintenant dix ans. Il a pris part, pendant des années, à des manifestations, des actions et des marches de protestation, se soulevant aux côtés des Palestiniens. Cependant, la vague de résistance pacifique s’est vue considérablement réduite depuis la construction du mur de séparation. Le mur a été érigé, les colonies sont un fait, l’occupation est plus violente que jamais. Ben refuse de céder. Il a trouvé, au cours des cinq dernières années, un refuge politique loin de chez lui, dans le petit village de Nabi Saleh en Cisjordanie.

Documentary

La Nuit (Al Leil)

Dans Kuneitra en ruines se trouve la tombe d'un des combattants pour la Palestine. Son fils tente de reconstituer l'histoire de cet homme, en y mêlant des échos de la mémoire éclatée de sa mère. Il plonge ainsi son regard dans le passé politique très agité de la Syrie des années 30 jusqu'en 1967. «La Nuit» est un hommage émouvant et fort à ce père mort, à qui Mohamed Malas redonne sa dignité. Un film puissant et poétique, où les destins des petites gens sont emportés par le courant de l'histoire. Pourtant «La Nuit» n'est pas un film historique qui décortique les faits et la réalité. Mohamed Malas y met en scène un enfant, cet enfant qu'il fut lui-même et qui se souvient...

Long

Jenin Jenin

Le documentaire a été tourné à grands risques dans le camp de réfugiés de Jénine, peu après l’incursion de l’armée israélienne qui a fait une cinquantaine de morts au moins, Palestiniens et soldats israéliens. Au fil des combats, l’armée israélienne avait rasé une grande partie du camp et en avait interdit l’accès, aussi bien aux services médicaux, dont la Croix-Rouge, qu’aux médias et journalistes. Les Nations Unis avaient décidé l’envoi d’une commission d’enquête, qui, par la suite, a été tout simplement empêchée de se rendre sur place par le gouvernement israélien. Pendant le tournage du film, le producteur exécutif Iyad Samoudi fut tué par des soldats israéliens.

Documentary, Long

Dimanche 04/06/2017

Luminor Hôtel de Ville
04/06/2017 - 17:00

Laila's Birthday

Pour le septième anniversaire de sa fille, Abu Leïla ne désire qu’une chose : rentrer pour une fois de bonne heure à la maison afin de partager cette soirée en famille. Mais rien n’est moins simple pour cet ancien juge qui, alors qu’il rentrait en Palestine avec la ferme volonté d’aider son pays à sa reconstruction, a dû se reconvertir en chauffeur de taxi. Confronté à l’irrationalité et au manque d’organisation de la société palestinienne, notre juge devra entreprendre un long et pénible chemin, véritable parcours du combattant, pour finalement retrouver sa maison.

Fiction, Long

Off Frame AKA Revolution Until Victory

Off Frame AKA Revolution Until Victory est une méditation sur la lutte du peuple palestinien pour créer une image et une représentation de lui-même au cours des années 60 et 70, avec l’établissement de l’Unité du Film Palestinien comme partie de l’Organisation de Libération de la Palestine. Exhumant des films conservés dans des archives à travers le monde après un travail inédit de recherche pour y accéder, le film débute par des représentations populaires de la Palestine moderne, et suit le travail de cinéastes militants pour se réapproprier les images et le récit du cinéma révolutionnaire et militant. En ressuscitant une mémoire de lutte oubliée, Off Frame AKA Revolution Until Victory fait revivre ce qui est contenu dans ce cadre, mais il intègre aussi une réflexion critique en cherchant ce qui est hors champ, «off frame».

Documentary, Long

Master-Class with Mohammad Bakri

Le parcours de l’acteur, metteur en scène et réalisateur palestinien, Mohammad Bakri, est à son image : généreux, engagé et à la croisée de plusieurs cultures. Cette Master-Class sera une occasion privilégiée de découvrir l’œuvre riche et diversifiée de cet homme de théâtre et de cinéma Palestinien. Elle sera animée par Houda Ibrahim.

Documentary

SUNDAY, JUNE 4th

Luminor Hôtel de Ville
04/06/2017 - 17:30

Laila's Birthday

Pour le septième anniversaire de sa fille, Abu Leïla ne désire qu’une chose : rentrer pour une fois de bonne heure à la maison afin de partager cette soirée en famille. Mais rien n’est moins simple pour cet ancien juge qui, alors qu’il rentrait en Palestine avec la ferme volonté d’aider son pays à sa reconstruction, a dû se reconvertir en chauffeur de taxi. Confronté à l’irrationalité et au manque d’organisation de la société palestinienne, notre juge devra entreprendre un long et pénible chemin, véritable parcours du combattant, pour finalement retrouver sa maison.

Fiction, Long

Off Frame AKA Revolution Until Victory

Off Frame AKA Revolution Until Victory est une méditation sur la lutte du peuple palestinien pour créer une image et une représentation de lui-même au cours des années 60 et 70, avec l’établissement de l’Unité du Film Palestinien comme partie de l’Organisation de Libération de la Palestine. Exhumant des films conservés dans des archives à travers le monde après un travail inédit de recherche pour y accéder, le film débute par des représentations populaires de la Palestine moderne, et suit le travail de cinéastes militants pour se réapproprier les images et le récit du cinéma révolutionnaire et militant. En ressuscitant une mémoire de lutte oubliée, Off Frame AKA Revolution Until Victory fait revivre ce qui est contenu dans ce cadre, mais il intègre aussi une réflexion critique en cherchant ce qui est hors champ, «off frame».

Documentary, Long

Master-Class with Mohammad Bakri

Le parcours de l’acteur, metteur en scène et réalisateur palestinien, Mohammad Bakri, est à son image : généreux, engagé et à la croisée de plusieurs cultures. Cette Master-Class sera une occasion privilégiée de découvrir l’œuvre riche et diversifiée de cet homme de théâtre et de cinéma Palestinien. Elle sera animée par Houda Ibrahim.

Documentary

Dimanche 11/06/2017

Cinéma Le Studio
11/06/2017 - 11:00 to 12/06/2017 - 00:00


Le Chanteur de Gaza

Pour beaucoup de gens, Gaza est synonyme de conflit, destruction et désespoir. Pour Mohammed Assaf et sa sœur Nour, Gaza est leur maison et leur terrain de jeux. Ils y jouent de la musique, s’entraînent au football et s’aventurent à y faire de grands rêves. Même si leur groupe utilise des instruments d’occasion détraqués, leurs ambitions sont très élevées. Mohammed et Nour veulent absolument jouer dans le célèbre opéra du Caire. Il leur faudra peut-être une vie pour y arriver, mais, comme Mohammed le découvrira, certains rêves méritent d’être poursuivis. Sur sa route, Mohammed connaîtra la tragédie et la perte. Le monde autour de lui s’écroulera. En dépit de cela, il gardera toujours l’espoir que, d’une certaine manière, sa voix le délivrera de la douleur qui l’entoure et apportera de la joie aux autres. C’est ainsi qu’un soir un rêve impossible apparaît sous ses yeux à la télévision : les auditions pour Arab Idol, au Caire.

Fiction, Long

Le moineau

Juin 1967, en Égypte. À la veille de la Guerre des Six jours, le film suit les pérégrinations d’un jeune officier, Raouf, dont le père adoptif est un responsable important des Forces de l’ordre. Raouf poursuit des trafiquants qui le conduisent jusqu’à des commanditaires haut placés. La corruption se généralise dans le pays, tandis que, dans le Sinaï, d’autres hommes attendent le début des hostilités…

Fiction

RETURN TO HAIFA

D’après le roman de Ghassan Kanafani. Une obscure tension plane sur la ville palestinienne de Haifa en ce 21 avril 1948. Soudain, une nuée d’obus venus de l’est, s’abat sur la ville et ses quartiers arabes, les plongeant dans le chaos et la terreur. Laissant à la maison Khaldoun, son fils de 5 mois, Saifa part à la recherche de son mari Saeed. Après leurs retrouvailles, tous deux retournent chercher leur fils. Mais les soldats britanniques et les obus barrant la rue empêchent les époux de rejoindre la maison... Vingt ans plus tard, après la guerre des Six Jours, les forces d’occupation israéliennes permettent à des familles palestiniennes de rejoindre leurs maisons. Saifa et Saeed retournent à Haifa dans l’espoir d’y retrouver leur fils.

Fiction

Festival Ciné Palestine ©